LES BLANCS VEULENT-ILS (ENCORE) BUTER LES JAUNES ?

Par Michel AYMERICH

L'auteur du texte que je partage ci-dessous a choisi un titre un tantinet provocateur, celui que j'ai gardé pour l'article. Il veut, se faisant, interpeller l'inconscient culturel raciste à l'égard des Asiatiques (les «jaunes») - en premier lieu à l'encontre des Chinois - qui imprègne bon nombre de nos compatriotes -toutes classes confondues [1]- et bien au-delà caractérise l'ensemble du monde capitaliste-impérialiste dit «occidental», sous domination politique et culturelle nord-américaine, dont la composante «raciale» majoritaire est blanche...

Par ailleurs la convocation par Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères [2] de l'ambassadeur de la République populaire de Chine, M. Lu Shaye, après la publication d'un article portant pour titre «"Rétablir des faits distordus": Observations d'un diplomate chinois en poste à Paris» [3] s'inscrit objectivement dans une démarche qui a des racines historiques que tout internationaliste français [4] se doit de connaître.

La Chine a été victime – et combien!- des différents impérialismes naissants, ce qu'illustre, par exemple, l'image suivante proposée par JCLT, l'auteur du texte que je publie:

En Chine - Le gâteau des Rois et... des Empereurs” Caricature politique française de la fin des années 1890. Une galette des Rois représentant la Chine est partagée par Victoria du Royaume-Uni, Guillaume II d'Allemagne, Nicolas II de Russie, la Marianne française et l’Empereur Meiji du Japon.
« En Chine - Le gâteau des Rois et... des Empereurs” Caricature politique française de la fin des années 1890. Une galette des Rois représentant la Chine est partagée par Victoria du Royaume-Uni, Guillaume II d'Allemagne, Nicolas II de Russie, la Marianne française et l’Empereur Meiji du Japon. Un mandarin chinois caricatural, représentant la Dynastie Qing, figure en arrière-plan. Guillaume II dispute un morceau à la Reine Victoria, son couteau planté dans la galette évoquant les intentions belliqueuses de l’Allemagne. Nicolas II de Russie semble s'intéresser à l'une des parts de la galette. La Marianne, qui ne participe pas activement au partage, se tient aux côtés de Nicolas II, ce qui évoque l'alliance Franco-Russe de l'époque (soulignée par le fait que ce sont les deux seuls personnages non caricaturés). L’empereur du Japon réfléchit à quelle part prendre. Le mandarin lève les bras au ciel pour s'opposer au partage, mais semble impuissant. Cette caricature illustre de manière symbolique les tendances impérialistes des grandes puissances occidentales et du Japon à l'égard de la Chine, durant cette période de l'histoire. »

Autre image d'époque qui parle d'elle même!

Mais voilà, la Chine d'hier a été remplacée par la République populaire de Chine, devenue en quelques décennies seulement la deuxième économie mondiale et la première en matière de parité de pouvoir d'achat! [5]. Elle ne se laissera plus jamais humiliée et encore moins dépecée, et nous autres internationalistes, parce-que vrais patriotes anti-impérialistes nous serons à ses côtés face à toute tentative de lui nuire de la part du capitalisme-impérialiste, fut-il le «nôtre»...

LES BLANCS VEULENT-ILS (ENCORE) BUTER LES JAUNES ?

Par JCLT (citoyen français d'origine française...)

Le Monde, La Croix, RTL, BFM, CNews,l'Obs, Courrier International, l'Express et bien d'autres... tous les grands éditoriaux, titrent en écho à des personnalités médiatiques sur l'origine "chinoise" du virus, les méthodes "dictatoriales" de contrôle et de confinement de la population en RPC, les "cachotteries" du gouvernement de Pékin, la "stratégie de communication" du PCC par l'offre d'aide et de masques.

La réalité du calendrier des faits est qu'en moins d'un mois ce si vaste pays représentant un quart de l'humanité a dû faire face à l'une des plus importante pandémies de l'Histoire du XXème siècle, s'en prémunir et informer la planète puis -à peine remis- a proposé son savoir, son personnel, son matériel à plusieurs autres pays.

On n'ose pas imaginer le traitement qui aurait été réservé à l'Empire du Milieu si celui-ci n'avait pas informé la communauté internationale de ce virus 21 jours après sa suspicion, s'il n'avait pas mis sous cloche le foyer de propagation dès que les premières constatations le commandaient, s'il n'avait pas partagé publiquement le génome moins de trois jours après son analyse ou encore s'il s’était gardé ses masques et ses équipements comme ses équipes de spécialistes à destination de son unique population.

Un tel « China-bashing » organisé à l'échelle nationale, mais aussi international, nous rappelle cet appel de Colin Powell à l'invasion et à la destruction de l'Irak à peine remis de la guerre au prétexte d'armes de destruction massives que jamais ils ne trouvèrent. On voudrait déclencher une guerre que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

Le but ? Enrayer la concurrence sur les marchés bien sûr, mais au-delà de ça, l'envie de ne pas laisser paraître en exemple les succès d'un régime exotique, différent, en insistant bien sûr ses réels inconvénients sans jamais en expliquer ses avantages, en niant les chiffres et les statistiques de 70 ans d'évolution, en grossissant le trait jusqu'à la caricature et au besoin en en inventant d'autres, fantasmés, purement fabriqués.

Alors si je fais un effort d'ouverture d'esprit, je peux comprendre la crainte, voire la détestation du monde "libre et démocratique" pour le modèle autoritaire chinois et je ne peux également que me résoudre à la sincérité de ses convictions philosophiques et psychologiques qui lui font préférer l'ultra-libéralisme dans lequel il est bercé, duquel il est abreuvé à longueur d'écoles, d'arts et de media. Et je n'oserai même pas lui demander d'avoir l’honnêteté et le courage intellectuel d'en faire le bilan, car il ne sait que trop à l’avance le résultat d'une telle étude et n'en supporterait pas les conclusions pour son amour propre.

Mais ne vous liguez pas en guerre contre l'une des plus grandes puissances du Monde juste parce qu'elle ne vous ressemble pas et qu'elle ne vous obéit pas.

D'abord parce qu'un milliard et demi de chinois n'ont pas demandé, après presque un siècle de guerres et révolutions qui ont suivi sa spoliation par ces mêmes occidentaux au XIXème siècle, à repayer encore une fois le prix de vos appétits et de votre jalousie.

Et ensuite parce que cette fois, suite à une mondialisation inévitable d'un tel conflit, il n'est pas, mais alors vraiment pas sûr que vous sortiez vainqueurs de ces combats.

Oh bien sûr, si vous ne faites rien, il vous faudra accorder au quart de l'humanité la place, la voix, la force qui lui revient dans le concert des Nations, commercer, négocier, composer... pour l'appropriation des marchés, du butin de votre pillage écologique de la planète.

Partager en fait… Ça vous pose un problème ?

NOTES

[1] Karl MARX, « Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle. Les pensées dominantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants, elles sont ces rapports matériels dominants saisis sous forme d’idées, donc l’expression des rapports qui font d’une classe la classe dominante; autrement dit, ce sont les idées de sa domination » https://la-philosophie.com/marx-ideologie-domination

[2] https://francais.rt.com/france/74074-le-drian-convoque-ambassadeur-chine-paris-propos-coronavirus

[3] Michel AYMERICH, Le Covid-19, la Chine et le monde. Rétablir des faits distordus... http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2020/04/le-covid-19-la-chine-et-le-monde.retablir-des-faits-distordus.html

[4] MAO ZEDONG a écrit ce qui suit. Bien que non maoïste, je peux souscrire entièrement au raisonnement logique et dialectique suivant, lequel est l'application aux conditions concrètes de la méthode marxiste internationaliste classique : « Le communiste, qui est internationaliste, peut-il être en même temps patriote?Nous pensons que non seulement il le peut, mais le doit. Ce sont les conditions historiques qui déterminent le contenu concret du patriotisme. Il y a notre patriotisme à nous, et il y a le «patriotisme» des agresseurs japonais et celui de Hitler, auxquels les communistes doivent s'opposer résolument. Les communistes japonais et allemands sont pour la défaite de leur propre pays dans la guerre. Il est dans l'intérêt de leurs peuples de contribuer par tous les moyens à la défaite des agresseurs japonais et à celle de Hitler, et plus cette défaite sera complète, mieux cela vaudra. . . Car les guerres entreprises par les agresseurs japonais et par Hitler sont aussi funestes pour les peuples du Japon et de l'Allemagne que pour les peuples du monde. Il en va autrement de la Chine, qui est victime de l'agression. C'est pourquoi les communistes chinois doivent unir le patriotisme à l'internationalisme. Nous sommes à la fois des internationalistes et des patriotes, et notre mot d'ordre est de combattre l'envahisseur pour défendre la patrie. Pour nous, le défaitisme est un crime, et la lutte pour la victoire dans la Guerre de Résistance est un devoir auquel nous ne pouvons nous soustraire. Car seul le combat pour la défense de la patrie permet de vaincre les agresseurs et de libérer la nation. Et cette libération seule rend possible l'émancipation du prolétariat et de tout le peuple laborieux.

La victoire de la Chine sur ses agresseurs impérialistes aidera les peuples des autres pays. Dans la guerre de libération nationale, le patriotisme est donc une application de l'internationalisme.», Citations du Président Mao Tse-Toung, (connu sous le nom «Le Petit livre rouge»), XVIII. Le patriotisme et l'internationalisme, (Extrait de «Le Rôle du Parti communiste chinois dans la guerre nationale» (Octobre 1938), Œuvres choisies de Mao Tse-Toung, tome II.), Pekin 1967, pp.193-194.

[5] Michel AYMERICH, « Démocratie » ou dictature ? Un piège sémantique et politique... http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2019/09/democratie-ou-dictature-un-piege-semantique-et-politique-61.html?fbclid=IwAR1zAq2H2trczQXc1_HF6KKOpVY3Y8koTlSXYqCWeKJH-YRZt3WQzIoeZAA

LES BLANCS VEULENT-ILS (ENCORE) BUTER LES JAUNES ?
Articles
Retour à l'accueil