Femmes capturées de la tribu juive des Banu Qurayza, dont les hommes furent massacrés jusqu'au dernier et la tribu éradiquée!

Femmes capturées de la tribu juive des Banu Qurayza, dont les hommes furent massacrés jusqu'au dernier et la tribu éradiquée!

Par Michel AYMERICH

On parle beaucoup -actualité oblige! - de l'Islam et de l'islamisme.

On reparle beaucoup de résurgence de l'antisémitisme -actualité oblige également! -, bien que les causes historiques et dans un cas ses effets, eux-mêmes, demeurent largement méconnus. Paradoxes qui trouvent leur explication dans l'intérêt dominant à masquer les responsabilités politiques, idéologiques et économiques. Car l'explication est particulièrement explosive...

Dans le cas le plus apparemment connu, bien des intellectuels ont brouillé les cartes. Il leur faut bien manger comme être adoubé et coopté par leurs pairs! Sans oublier la masse des lecteurs formatés qui permettent de nager commodément avec le courant.

C'était et cela continue dans le fond pour mieux masquer (volontairement ou non) qu'en réalité, ce n'était pas de prime abord la culture ou la psychologie ou les Allemands en tant que tels [1] qui sont à l'origine de l'antisémitisme exterminateur, mais bel et bien le libre cours du capitalisme qui en portait la responsabilité première. De ce fait, en tant que formation économique, sociale et politique surdéterminant le fonctionnement de la société, il a perdu à tout jamais la moindre justification morale à vouloir perdurer. Et avec le capitalisme - et plus encore-, l'anticommunisme qu'il génère, couplé avec son jumeau d'alors que fut l'antisémitisme (la réaction parlait, alors, de «judéo-bolchévisme»), lesquels ensemble conduisirent à la Shoah![2]

Dans ce premier cas, donc, l'effet est connu (il y a toutefois des reculs), alors que la cause réelle principale est mise sous le boisseau.

Dans le second cas, le plus largement méconnu, ce sont à la fois la cause et l'effet qui demeurent ignorés. La cause étant l'invasion arabo-islamique de la terre d'Israël et l'effet, le génocide massif des Hébreux.

Représentations ancienne et modernes de l'extermination de la tribu juive des Banu Qurayza en l'an 627 apr. J.-C.
Représentations ancienne et modernes de l'extermination de la tribu juive des Banu Qurayza en l'an 627 apr. J.-C. Représentations ancienne et modernes de l'extermination de la tribu juive des Banu Qurayza en l'an 627 apr. J.-C.

Représentations ancienne et modernes de l'extermination de la tribu juive des Banu Qurayza en l'an 627 apr. J.-C.

Mais là aussi l'explication du mutisme est particulièrement explosive, et ce parce-que des alliances ont été contractées entre d'une part les principaux pays capitalistes que sont les USA, le Royaume uni, la France et l'Allemagne, d'autre part les grands pôles islamiques alliés ou concurrents et entités afférentes (Arabie saoudite; Qatar et Koweit; Turquie néo-ottomane; pôle indo-pakistanais; Organisation de la coopération islamique; Frères musulmans; République islamique d'Iran; Hezbollah, etc.).

Ces grands pôles islamiques alliés ou concurrents et entités afférentes  promeuvent une offensive mondiale de réislamisation des «musulmans» de naissance (il est formellement interdit aux hommes et aux femmes «nés musulmans» de quitter l'islam pour une autre religion ou aucune, sous peine des pires représailles, dont la mort!) et une stratégie d'islamisation des pays non encore islamisés, dont les tactiques varient en fonction des rapports de force et d'autres critères.

Bien que les peuples d'Europe et du monde soient visés, les classes dirigeantes des principaux pays capitalistes préfèrent pratiquer une politique se résumant pour une partie importante des travailleurs de France et d'ailleurs à «plutôt verts que rouges», parallèlement à une politique munichoise cherchant à dévier le Drang nach Westen de l'islamisation vers dans le passé l'URSS – Politique qui trouve ses racines dans la guerre civile et l'intervention de quatorze pays contre la Révolution russe d'octobre 1917 [3] –, aujourd'hui vers la Fédération de Russie et la République populaire de Chine (en soutenant les séparatismes, notamment celui des Ouïghours de la région autonome du Xinjiang).

La plupart  des dirigeants de la «Choura -i-Islamia», de la «Choura-i-Oulemas» et de «l'Allach Orda» vont s'opposer à la révolution d'octobre et seront de 1918 à 1922 aux côtés de toutes les interventions étrangères : Anglais, Allemands, Français, Turcs, Japonais, Américains, etc., cf. Henri Alleg, "Etoile rouge et croissant vert", note [3]. Les racines de la politique «plutôt verts que rouges» des principaux pays capitalistes se trouvent dans l'exportation de la contre-révolution à l'Est et le soutien aux contre-révolutionnaires, et l'importation d'éléments réactionnaires porteurs d'islamisme, à l'Ouest dans les années d'après guerre (la seconde guerre mondiale) ...

La plupart des dirigeants de la «Choura -i-Islamia», de la «Choura-i-Oulemas» et de «l'Allach Orda» vont s'opposer à la révolution d'octobre et seront de 1918 à 1922 aux côtés de toutes les interventions étrangères : Anglais, Allemands, Français, Turcs, Japonais, Américains, etc., cf. Henri Alleg, "Etoile rouge et croissant vert", note [3]. Les racines de la politique «plutôt verts que rouges» des principaux pays capitalistes se trouvent dans l'exportation de la contre-révolution à l'Est et le soutien aux contre-révolutionnaires, et l'importation d'éléments réactionnaires porteurs d'islamisme, à l'Ouest dans les années d'après guerre (la seconde guerre mondiale) ...

Les formes idéologiques différentes de l'antisémitisme (anti-hébraïsme) dans l'histoire

Pour l'essentiel, je dirais que dans l'histoire l'antisémitisme a revêtu et revêt des formes idéologiques différentes qui correspondent à des causes distinctes, mais convergentes. Historiquement et chronologiquement, la première forme a été chrétienne, puis l'islamique l'a secondé. L'apparition de la forme islamique n'a  alors pas fait cessée la première. Les deux se sont plutôt conjuguées dans leurs effets. Les Juifs (ou plutôt les Hébreux judaïsés selon la formulation de David Belhassen) ont été pris entre le marteau et l'enclume. Ce faisant, les Hébreux judaïsés et surtout les Hébreux non-judaïsés ont été victimes d'un génocide méconnu perpétré par «des hordes conquérantes arabo-musulmanes qui envahirent la terre d'Israël, entre le VIIème et le Xème siècle. Près d'un million de Samaritains y périrent. Et les rescapés furent contraints à se convertir à l'islam» écrit David Belhassen. Voir plus bas...

La troisième forme a été motivée par la contre-révolution anticommuniste, alimentée par l'antisémitisme... Ce fut celle de la lutte contre la portée internationale, notamment en Allemagne, de la révolution d'octobre 1917, dont il a déjà été question plus haut. L'épouvantail du «judéo-bolchévisme» servant de prétexte. Les nazis furent dans cette lutte de la réaction sociale des possédants et des déclassés les plus conséquents [4].

CLIQUEZ SUR UNE IMAGE AFIN DE PLEINEMENT LA VISUALISER! La première image représente un tract de 1931 intitulé "Les fossoyeurs de la Russie. Seul Hitler peut nous préserver du chaos bolchévique!" Les caricatures sont celles de bolchéviks qui toutes, à l'exception de Lénine, commencent par: Le Juif Trotsky. Le Juif Jankel Jurowski. Le Juif Sinovjev. Le Juif Radek. Etc. DIX-HUIT fois en tout!
CLIQUEZ SUR UNE IMAGE AFIN DE PLEINEMENT LA VISUALISER! La première image représente un tract de 1931 intitulé "Les fossoyeurs de la Russie. Seul Hitler peut nous préserver du chaos bolchévique!" Les caricatures sont celles de bolchéviks qui toutes, à l'exception de Lénine, commencent par: Le Juif Trotsky. Le Juif Jankel Jurowski. Le Juif Sinovjev. Le Juif Radek. Etc. DIX-HUIT fois en tout!CLIQUEZ SUR UNE IMAGE AFIN DE PLEINEMENT LA VISUALISER! La première image représente un tract de 1931 intitulé "Les fossoyeurs de la Russie. Seul Hitler peut nous préserver du chaos bolchévique!" Les caricatures sont celles de bolchéviks qui toutes, à l'exception de Lénine, commencent par: Le Juif Trotsky. Le Juif Jankel Jurowski. Le Juif Sinovjev. Le Juif Radek. Etc. DIX-HUIT fois en tout!

CLIQUEZ SUR UNE IMAGE AFIN DE PLEINEMENT LA VISUALISER! La première image représente un tract de 1931 intitulé "Les fossoyeurs de la Russie. Seul Hitler peut nous préserver du chaos bolchévique!" Les caricatures sont celles de bolchéviks qui toutes, à l'exception de Lénine, commencent par: Le Juif Trotsky. Le Juif Jankel Jurowski. Le Juif Sinovjev. Le Juif Radek. Etc. DIX-HUIT fois en tout!

Celle-ci (cette troisième forme) s'abreuva à différentes sources, dont celles pré-chrétiennes comme islamiques regroupées et synthétisées selon les besoins de l'idéologie et de la propagande. Hitler déplora l'influence paralysante de la morale judéo-chrétienne et vanta l'Islam:

«Que le Christianisme est bien quelque chose de fade - Nous aurions bien mieux encore reçu le Mahométisme, cette doctrine de la récompense de l'héroïsme : le combattant seul a le septième ciel ! Les Germains auraient avec cela conquis le monde, ce n'est que par le Christianisme que nous en avons été tenus éloignés [5].»

L'Islam et le génocide volontairement oublié des Hébreux

Heinrich Himmler eut ces mots révélateurs:

«Je n'ai rien contre l'Islam, parce que cette religion se charge elle-même d'instruire les hommes, en leur promettant le ciel s'ils combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille: bref, c'est une religion très pratique et séduisante pour un soldat.»[6]

Ce n'est pas un hasard si il exista des divisions SS musulmanes...[7]

La quatrième qui prend la forme de l'antisionisme prend sa source essentielle dans l'Islam avec sa condamnation à mort de l'apostasie et sa prétention à être la religion définitive, celle qui clôt l'évolution monothéiste car elle succède légitimement, selon elle, aux religions juive et chrétienne. C'est pourquoi en terres conquises par l'Islam, toute libération d'un pays est perçue et déclarée nulle et non avenue, et se doit d'être combattue jusqu'au retour de la prééminence des musulmans. Par tous les moyens. Fut-il par une réédition de la Shoah [8].

Youssef al-Qaradâwî, théologien, prédicateur et universitaire qatari d'origine égyptienne, président de l'Union internationale des savants musulmans, membre du Conseil européen de la Fatwa déclare sur la chaîne Al Jazeera le 30 janvier 2009: «Tout au long de l'histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu'il leur a fait — et bien qu'ils [les Juifs] aient exagéré les faits —, il a réussi à les remettre à leur place. C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants.» Voir la vidéo suivante à partir de 3:06mn  https://www.youtube.com/watch?v=7WiIjs3lfHU

Youssef al-Qaradâwî, théologien, prédicateur et universitaire qatari d'origine égyptienne, président de l'Union internationale des savants musulmans, membre du Conseil européen de la Fatwa déclare sur la chaîne Al Jazeera le 30 janvier 2009: «Tout au long de l'histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu'il leur a fait — et bien qu'ils [les Juifs] aient exagéré les faits —, il a réussi à les remettre à leur place. C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants.» Voir la vidéo suivante à partir de 3:06mn https://www.youtube.com/watch?v=7WiIjs3lfHU

Afin de traiter de la question du génocide des Hébreux, mais aussi des différences importantes entre les trois religions monothéistes dans leur rapport à l'éthique, je partage ci-dessous des extraits d'un échange fructueux qui s'est tenu sur ma page Facebook. L'érudition qui transparaît dans l'argumentation de David Belhassen m'a conduit à cette sélection [9].

J'avais écrit à propos du discours de Macron au... [https://actu.orange.fr/societe/videos/nos-religions-sont-liees-le-discours-sur-l-islam-d-emmanuel-macron-a-abu-dhabi-CNT000000RL83J.html] les lignes suivantes :

«Mais c'est UN FAIT HISTORIQUE que l'islam s'est construit CONTRE les autres religions. CONTRE le judaïsme, CONTRE le christianisme, CONTRE le bouddhisme, CONTRE l'hindouisme, CONTRE les polythéismes en général, CONTRE les animismes. Aucun discours ne peut changer l'histoire passée et celle qui se déroule actuellement sous nos yeux dans les chairs et les esprits de centaines de millions de personnes de par le monde!»

Tout un échange s'en est ensuivi entre plusieurs personnes:

Serge C.: Je ne partage votre opinion Michel. L'islam ne s'oppose pas par essence aux autres religions. Allez visiter Séville et vous verrez que les trois religions peuvent très bien cohabiter de façon féconde. C'est aussi le cas en Kabylie tant qu on n'utilise pas la religion à des fins politiques. De façon générale c'est contre l'utilisation.politique de toutes les religions sans exception qu' il faut lutter.

Michel Aymerich : Serge C. «Les hommes croient ce qu'ils désirent», disait Jules César. Le mythe d'al-Andalus est calqué sur le désir que naisse ou renaisse ce fameux «islam des Lumières» que tant d'esprits appellent de leurs vœux. N'a-t-il pas existé dans une Hispanie conquise au VIIIe siècle par quelques dizaines de milliers de guerriers arabes et berbères venus d'Afrique du Nord qui créèrent une civilisation inédite à laquelle coopérèrent les trois religions du Livre? À travers 700 pages d'une terrible précision, Fanjul, docteur en philologie sémitique, professeur de littérature arabe et ancien directeur du Centre culturel hispanique du Caire, broie la légende d'un multiculturalisme précoce et éclairé.»

http://www.lefigaro.fr/livres/2017/10/26/03005-20171026ARTFIG00019--al-andalus-l-inventiond-un-mythe-de-serafin-fanjul.php

Dans son essai paru récemment, "Al Andalus, l'invention d'un mythe", Serafin Fanjul déconstruit le mythe romantique d'un "islam éclairé" dans l'Espagne conquise.Dans son essai paru récemment, "Al Andalus, l'invention d'un mythe", Serafin Fanjul déconstruit le mythe romantique d'un "islam éclairé" dans l'Espagne conquise.

Dans son essai paru récemment, "Al Andalus, l'invention d'un mythe", Serafin Fanjul déconstruit le mythe romantique d'un "islam éclairé" dans l'Espagne conquise.

Michel Aymerich: Serge C., oubliez-vous en parlant de la Kabylie qu'une fois une région conquise par l'islam, les hommes convertis (la plupart du temps les descendants des pères égorgés ou décapités) ne peuvent plus renouer - l'apostasie est plus que sévèrement punie- avec leur religion (juive, chrétienne, autre)? Savez-vous que nombreux sont les Kabyles qui justement veulent leur indépendance pour se libérer des méfaits innombrables de la colonisation arabo-islamique?

Cet article pourrait vous intéresser: http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2017/09/marx-et-les-bolcheviks-face-a-l-islam.html

Serge C: Michel je vis au quotidien à Roubaix dans le milieu kabyle y compris indépendantiste et je vous assure que le problème n'est pas l'islam mais l'intégrisme musulman.

Michel Aymerich: Serge, il y a musulmans de culture ou «musulmans» comme il y a des "chrétiens" ou chrétiens de culture et musulmans véritables qui appliquent l'islam. Non pas les recommandations, mais les OBLIGATIONS! Or tant que les musulmans de culture qui sont comme l'eau pour les poissons véritablement musulmans ne quittent pas OUVERTEMENT l'islam par PEUR d'être accusés d'apostasie, ils ne seront jamais libres ni leurs femmes et filles, ni d'ailleurs également leurs frères (pas au sens musulman) et cousins et amis. Ils ne seront jamais libres et offriront le TERREAU favorable à l'islamisme. Qu'ils prennent donc, enfin, leurs responsabilités! Vous habitez «au quotidien à Roubaix dans le milieu kabyle y compris indépendantiste». Dommage que vous n'ayez pas bien observé l'intégralité du phénomène. Pour ma part, je suis né au Maroc, j'y ai passé une partie de mon enfance, j'ai habité pendant 2 ans Agadir puis un village berbère pendant 1 an, j'ai été marié à une Berbère (Amazigh), etc. J'ai beaucoup entendu, notamment la PEUR que suscitent les musulmans vrais auprès des apostats qui peuvent être assassinés!!! SVP, informez-vous, la chose est grave.

Serge C.: Je connais tout ça Michel et notamment la pression arabomusulmane sur la Kabylie. J'ai parmi mes amis intimes des proches du chanteur Idir qui vient nous voir ici fin novembre...C'est l'utilisation de la religion en général comme levier politique qui pose problème. Ça peut être l'intégrisme catholique homophobe en France ou l'équivalent aux États Unis contre l'avortement. Ou juif en Cisjordanie en faveur d'un grand Israël. Idem en Inde qui connait aussi la violence intégriste hindouiste. En ce moment vous avez raison la plus grande menace est la menace intégriste islamiste et fait l'objet d'une mobilisation internationale. Mais j'estime que stigmatiser l'islam est une erreur et constitue un terreau pour le terrorisme musulman. Le fait d'inviter à "brûler" les non croyants date de l'Ancien Testament et fut longtemps appliqué par l'intégrisme catholique. C'est d'un idéal laïque humaniste en remplacement d'un idéal religieux dont l'humanité a besoin, je pense, et la COP 23 est une initiative qui va dans ce sens, soutenue bien évidemment par la France et la Chine. J'espère vous avoir convaincu mais je ne vous imposerai jamais rien par l'impératif.

Michel Aymerich: Serge C., vous écrivez: «Ça peut être l'intégrisme catholique homophobe en France ou l'équivalent aux États Unis contre l'avortement. Ou juif en Cisjordanie en faveur d'un grand Israël. Idem en Inde qui connaît aussi la violence intégriste hindouiste.» Nous sommes largement en désaccord sur cet amalgame, car la différence entre l'islam et les autres religions est son prosélytisme agressif, dont la dangerosité de type militaire est renforcée par la punition de mort (!!!) des apostats... Par ailleurs, excusez-moi, mais vous démontrez une ignorance typiquement répandue en France (il est vrai que nous sommes si bien informés en la matière...) concernant Israël, la «Cisjordanie», la question du «grand Israël» et les Juifs religieux vs Juifs non religieux= Hébreux (Voir Mouvement hébreu de libération). Qu'est-ce donc que la CisJORDANIE? Les mots ne vous interpellent-ils pas? Qu'est-ce, d'ailleurs, que la Jordanie? Quelle est son histoire? Vous parlez de religion en évoquant des Juifs religieux qui veulent un «Grand Israël», moi je connais plutôt des Hébreux qui veulent libérer la Judée-Samarie de l'arabisation et l'islamisation forcées!!!

Carte publiée à titre d'illustration du texte de présentation de la "Palestine" dans le Dictionnaire encyclopédique Quillet de 1934... http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2017/05/le-trotskysme-et-la-gauche-des-imbeciles-vs-trotsky-et-l-etat-des-hebreux-autodetermines.html

L'Islam et le génocide volontairement oublié des Hébreux

David Belhassen: A Serge C. J'ai lu tout votre échange avec Michel Aymerich, et je me permets d'intervenir. Je n'ai nulle intention de vous accabler, mais je suis bien obligé - à la lecture de vos commentaires - de vous rétorquer que vous avez d'énormes lacunes sur le Coran et l'islam.

L'islam n'est pas une «religion», mais dans son essence même une théologie politique conquérante. A la différence du judaïsme et du christianisme qui se sont créés au départ sur un échec (le judaïsme, avec la destruction de Jérusalem, et le christianisme avec la crucifixion de Jésus), l'islam a été victorieux dès ses débuts. Et enfin, faire une comparaison entre l'Ancien Testament et le Coran est une imposture chronologique: plus de 1300 ans se sont passés entre la rédaction du Pentateuque et celle du Coran. De l'eau a passé sous les ponts, et avec elle une progression éthique du judaïsme, suivie d'une réforme bénéfique engendrée par les Évangiles (et que les catholiques n'ont pas respecté). L'islam est donc une très grave régression éthique ! De plus les appels au meurtre des mécréants contenus dans le Pentateuque ou le livre de Josué sont des appels littéraires a posteriori, et restés lettre morte ! Ils n'ont jamais été pratiqués d'un point de vue historique. Alors que les appels au jihad, au meurtre et au massacre des «mécréants» dans l'islam, ont laissé une longue traînée de sang, et ont bel et bien été mis en pratique. En conclusion, faire un amalgame entre les trois textes fondateurs du judaïsme, du christianisme, et de l'islam est une terrible erreur ! Et d'une nocivité irresponsable qui légitime ce qui est immoral ! S'il fallait quand même les comparer, on peut résumer ainsi : l'Ancien testament a prôné le crime contre les «mécréants», mais les Israélites et les Judaïques ne l'ont pas perpétré. Les Évangiles n'ont pas prôné ce crime, mais des chrétiens et des catholiques l'ont commis, et depuis des siècles et jusques à nos jours ont heureusement cessé de le commettre. Le Coran a prôné ce crime, et les musulmans l'ont perpétré et continuent à le faire jusqu'aujourd'hui même !!! Je vous invite à voir ma vidéo «L'islam peut-il se réformer» sur Youtube, ainsi que lire l'article suivant sur mon blog :https://davidbelhassen.blogspot.fr/2017/03/les-appels-au-massacre-dans-le-coran.html

Virgil B.: Excellente désintoxication !

Je regrette cependant une petite négligence de plume (que je souligne ci-dessous par l'emploi de majuscules pour deux articles et l'ajout d'une parenthèse) car elle pourrait engendrer de lourds malentendus :

«Les Évangiles n'ont pas prôné ce crime, mais DES chrétiens et des catholiques l'ont commis, et depuis des siècles et jusqu'à nos jours ont heureusement cessé de le commettre (SYSTÉMATIQUEMENT). Le Coran a prôné ce crime, et LES musulmans l'ont perpétré et continuent à le faire jusqu'aujourd'hui même !!!»

David Belhassen: A Virgil B. En effet, il fallait mettre en exergue le DES chrétiens et des catholiques, et LES musulmans ! Car se fondant sur les textes évangéliques, d'innombrables chrétiens et catholiques ont depuis toujours dénoncé les forfaitures, les massacres et les persécutions commises contre les «non-monothéistes» ainsi que contre les juifs. Et cela, comble de l'imposture au nom de Yeshou'a (Jésus), Je vous remercie donc pour vos deux remarques.

David Belhassen : Au sujet d'Emmanuel Macron et de son intervention sur l'islam, il fait preuve d'une méconnaissance totale du Coran et de l'Histoire de l'islam. Mais que devions-nous attendre de ce prédateur capitaliste malfaisant, acoquiné aux intérêts pétroliers et aux Etats-fantoches arabo-musulmans comme le Qatar, le Koweit, ou l'Arabie saoudite !

Dans une seconde réponse à Serge C., j'ajoutais:

Michel Aymerich: Par ailleurs Serge, à propos de l'hindouisme, ayez en mémoire CECI: «Fernand Braudel dans l’histoire des civilisations (1995) décrit la loi islamique en Inde comme une: «expérience coloniale d’une extrême violence durant laquelle les musulmans ne pouvaient diriger ce pays que par l’exercice d’une terreur systématique.» Et CECI: «Immédiatement, dans l'affolement, la plupart des hindous et sikhs du nouveau Pakistan plient bagage et rejoignent vaille que vaille l'Union indienne ; ils sont imités en sens inverse par de nombreux musulmans. De 1947 à 1950, dix à quinze millions de personnes se croisent ainsi par-dessus les frontières des deux nouveaux États, occasionnant au passage d'innombrables incidents meurtriers.

Dans les villages où cohabitent les communautés (hindous, musulmans, sikhs) ont lieu des scènes d'épouvante, pires qu'en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, aux dires de témoins britanniques : massacres à l'arme blanche, viols, mutilations... On compte 400 000 à un million de morts rien que dans l'été 1947. [] »

http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2017/10/l-invasion-islamique-de-l-inde-le-plus-grand-genocide-de-l-histoire.html

David Belhassen: Il était temps de le faire savoir ! Par ailleurs, il existe un autre génocide perpétré par l'islam : celui des Samaritains, qui est un génocide occulté jusques aujourd'hui ! Voici mon article à ce sujet : »

" Toute la tristesse du monde - et la dignité !- dans le regard de ce Cohen samaritain." (David Belhassen)

" Toute la tristesse du monde - et la dignité !- dans le regard de ce Cohen samaritain." (David Belhassen)

EXTRAITS : (tous les passages soulignés le sont par moi, M.A.)

"Alors que la "Shoah" (terme malencontreux pour désigner l'extermination des "Juifs", c'est-à-dire des Hébreux judaïsés) est un génocide désormais connu et reconnu, il y eut dans le passé lointain un autre génocide d'Hébreux.

Ce génocide, non moins féroce que celui perpétré par les nazis durant la Seconde Guerre Mondiale, a été le fait des hordes conquérantes arabo-musulmanes qui envahirent la terre d'Israël, entre le VIIème et le Xème siècle. Près d'un million de Samaritains y périrent. Et les rescapés furent contraints à se convertir à l'islam.

A tel point qu'en 1917, lorsque les sionistes découvrirent effarés cette communauté délabrée réfugiée sur le mont Garizim, il ne restait plus que 140 Samaritains, hommes, femmes, enfants, et vieillards.

Telle est en substance l'histoire de ce génocide occulté sur lequel nous nous efforcerons de soulever la chape de plomb qui l'entoure. Mais avant cela, une petite digression historique :

Il est ardu, et parfois illusoire, de tenter de retrouver la trace des peuples indigènes sur les terres conquises par l’envahisseur arabo-musulman. L'identité ethnique de dizaines de millions de méditerranéens a été engloutie en "Terre d'islam" sans que personne n'ait dédié un monument à leur mémoire ! Des peuples entiers ont disparu dans la tourmente et la 'tournante' islamique sans que nul ne s'en soit ému.

Il n’est resté (notamment parmi les populations abaissées au rang de dhimmis) qu’une « conscience collective » plus ou moins floue d’une identité laminée. Le martyre par exemple qu'a subi le peuple Amazigh en Afrique du Nord de la part des hordes arabo-musulmanes, fut principalement identitaire. Il n'y eut pas de génocide physique à proprement parler, ou à tout le moins pas de génocide total.

Par contre, le génocide occulté de la communauté hébreue samaritaine, la seule qui puisse se targuer d'une présence ininterrompue, historiquement prouvable, sur la Terre d'Israël et qui s'étend sur plus de 3000 ans, n'a rien de comparable. Il fut total! A la fois physique et identitaire.

[...]

Au début du VIIème siècle après J.-C., soit à la veille de la conquête arabo-musulmane, la population samaritaine était estimée à plus d'un million d'âmes. 13 siècles plus tard, en 1917, il n'en restait qu'une centaine, hommes, femmes, enfants et vieillards compris, cloîtrés dans un ghetto de Sichem (que les Francophones appellent Naplouse depuis qu'elle fut rebaptisée Neapolis par l'occupant romain, et déformé en Nablus par le conquérant arabo-musulman).

En 1920, John Wyting, le vice-consul américain posté à Jérusalem, relata dans un article paru dans le 'National Géographic' qu’il assistait probablement "à la dernière cérémonie de la Pâque samaritaine". La communauté était à l’agonie. Les femmes et les enfants étaient systématiquement raflés par les musulmans. Les hommes étaient avilis, vêtus de haillons et vivaient dans un dénuement le plus total. Même leur "Grand Cohen" portait un habit cérémonial en loques.

Comment en sont-ils arrivés là ? La réponse est simple : la conquête arabo-musulmane. En effet, les hordes arabo-musulmanes refusèrent aux Samaritains le statut de « Peuple du livre » réservé aux juifs et chrétiens. La situation des Samaritains fut donc bien pire. Ils subirent une suite effroyable de massacres. Et ce bain de sang s’accompagna d’une destruction massive de leurs bourgs et villages.

Considérés comme polythéistes, païens, idolâtres et mécréants dans le Coran, ils devaient « être passés au fil de l'épée » s'ils refusaient « d'embrasser l'islam ». Les massacres cessèrent seulement après l'appel désespéré de certains rabbins judaïques et prêtres chrétiens pour que les Samaritains puissent être reconnus comme monothéistes.

Le statut de dhimmis, qui leur fut accordé in-extrémis, les sauva alors de l'extinction totale. Mais non pas de leur islamisation forcée. La plupart des Samaritains ont certes péri par le cimeterre de l’envahisseur arabo-musulman, mais nombre de rescapés devenus dhimmis furent obligés de se convertir à l'islam pour ne pas voir leurs femmes et filles violées ou vendues en esclavage sexuelle aux jihadistes de l'époque.

Avec le temps, ces néo-musulmans furent arabisés au point de perdre la mémoire de leur identité hébraïque samaritaine. Mais sous la baguette magique d'historiens 'arabisants', ces marranes hébreux ont été soudain métamorphosés en «Palestiniens embrassant la nouvelle foi monothéiste». Entre parenthèses, cette terminologie factice et absurde est une aubaine pour les conquérants arabo-musulmans transformés soudain en «autochtones».

La tragédie du lent et implacable génocide samaritain est jusques de nos jours totalement occultée par l'historiographie moderne, quoiqu’en termes de pourcentage de morts, elle n'ait rien 'à envier' à la Shoah de leurs frères Juifs [Il faut effectivement préciser «en termes de pourcentage» car le caractère industriel reste sans équivalent. Sans parler du rythme accéléré de la mise en place de «la solution finale». M.A.]. Néanmoins, et sans rien ôter au drame, le nombre des Samaritains qui ont envers et contre tout su faire perdurer leur identité et leur mémoire, a fait un bond de 146 en 1917 à 900 âmes aujourd'hui. Le miracle de leur sauvetage, ils le doivent au sionisme et à l'État d'Israël qui leur octroya la citoyenneté israélienne.

En tant que témoins éternels des vagues de conquérants successifs qui déferlèrent sur le pays d'Israël, les Samaritains sont la trace vivante de la tragique histoire des habitants Hébreux israélites autochtones demeurés dans leur patrie ancestrale, à la différence de leurs frères Hébreux juifs exilés dans la diaspora [la plupart, car il existait également des Hébreux judaïsés, bien avant le retour organisé par les Hébreux sionistes dans le pays d'Israël, renommé «Palestine» par les Romains... M.A.]. Leur présence pérenne sur cette terre contredit la propagande pan-arabiste palestiniste et antisioniste des descendants des conquérants arabo-musulmans. Et c'est aussi grâce à leur témoignage que nous savons aujourd'hui que beaucoup d'habitants arabophones de Samarie, indument appelés «Palestiniens», sont en fait d'anciens Hébreux samaritains, arabisés et islamisés de force.

Lors de la guerre des Six-Jours, les Samaritains de Sichem accoururent en liesse vers les soldats de Tsahal qu’ils accueillirent comme leurs frères venus les libérer du joug arabo-musulman. L’enthousiasme ne fut pas réciproque. Les paroles de bienvenue dites en hébreu archaïque, et prononcées avec l'accent chuintant des Samaritains, ne furent pas comprises par les soldats israéliens. Ces derniers crurent au début qu'il s'agissait d'un "clan arabe" dissident en conflit avec ses voisins. La méprise se dissipa lorsque, stupéfaits, ils furent invités à visiter la synagogue des Samaritains, et à se joindre - devant un vieux parchemin de la Torah - à leurs prières de grâces à «la gloire du Dieu d'Israël vainqueur d'Allah le Satan».

[...]

Or en 1993, les accords d’Oslo transférèrent à Arafat l’autorité sur la région de Sichem et du Mont Garizim, situés au cœur de la Samarie. En dépit de leurs véhémentes protestations, les Samaritains furent ainsi trahis et livrés par Rabin à leurs anciens bourreaux arabistes-islamistes. Mais en dépit de cette trahison, les Samaritains se sont toujours revendiqués "frères de sang des Judéens" et jusqu'aujourd'hui ils sont parmi les plus intransigeants défenseurs du "Grand Israël".

Voici d'ailleurs la réponse que Av-Hasdah, le Grand Cohen des Samaritains, envoya à Rabin en 1993 : «Au grand jamais, nous les Samaritains ne quitterons, même provisoirement, notre terre. Nous n'avons pas subi 2000 ans de persécutions pour rien. Notre devoir sacré est de témoigner de la présence perpétuelle et continue des Hébreux sur leur patrie indivisible, du Nil à l'Euphrate ».

[...]

Cette digression samaritaine montre, dans toute sa simplicité, que s'il n'y avait pas eu de conquête arabo-musulmane et le génocide des Samaritains, le peuple hébreu resté sur sa terre aurait compté plusieurs dizaines de millions d'âmes. Elle prouve aussi que c'est la conquête arabo-musulmane qui est à l'origine du «conflit israélo-palestinien».

Et si la plupart des Samaritains n'avaient pas été arabo-islamisés, la plus belle et la plus juste des promesses bibliques se serait réalisée sous nos yeux : « Et toi, fils de l'homme, prends une pièce de bois, et écris dessus : Pour Judah et pour les enfants d'Israël ensemble. Prends une autre pièce de bois, et écris dessus : Pour Joseph, bois d'Éphraïm et de toute la maison d'Israël ensemble. Rapproche-les l'un et l'autre pour en former un seul arbre, en sorte qu'ils soient unis dans ta main… Voici, je prendrai les enfants d'Israël du milieu des nations où ils sont exilés, je les rassemblerai de toutes parts, et je les ramènerai dans leur pays. Je ferai d'eux un seul peuple dans le pays, dans les montagnes d'Israël. Ils ne formeront plus deux peuples, et ne seront plus divisés en deux entités. Ils habiteront le pays qu'ont habité vos pères ; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité. Je ferai avec eux une alliance de paix, et il y aura entre eux une alliance éternelle… » (Ezechiel 37, 17-38)

S'il y a un programme politique qui puisse contredire le slogan frelaté et ignoble « Deux États pour deux peuples », c'est bien dans ce passage biblique [Je tiens à préciser que David Belhassen est athée ! M.A.] qu'il faut le chercher. S'il y avait un sens au prix Nobel de la Paix, c'était au Grand Cohen samaritain Av-Hasdah qu'on aurait dû le décerner, et non à Rabin et Arafat.»

[…] "

NOTES :

[1] Adorno avait même écrit qu'après Auschwitz on ne devrait plus pouvoir écrire de poèmes.Voir à ce sujet: http://www.tache-aveugle.net/spip.php?article118. Voir à propos de la prétendue responsabilité des Allemands en tant que tels (et donc pas du capitalisme et des nazis instruments des grands industriels...):  Daniel Goldhagen, Les bourreaux volontaires de Hitler : Les Allemands ordinaires et l'holocauste Allemands, Édition Seuil, Paris, 1997.

«[Premièrement] Les Allemands qui ont perpétré l'Holocauste ont traité les Juifs de la manière brutale et mortelle qu'ils ont employée parce qu'ils pensaient globalement que ce qu'ils faisaient était juste et nécessaire. Deuxièmement, il existait depuis longtemps dans la société allemande un antisémitisme virulent qui a conduit une grande majorité d'Allemands à éliminer, d'une manière ou d'une autre, les Juifs de la société allemande. Troisièmement, toute explication de l'Holocauste doit aborder et spécifier le lien causal entre l'antisémitisme en Allemagne et la persécution et l'extermination des Juifs, auxquelles tant d'Allemands ordinaires ont contribué ou qu'ils ont soutenu.» écrit dans un article Goldhagen. Voir

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Bourreaux_volontaires_de_Hitler

Rien sur l'antisémitisme hors d'Allemagne, rien sur les pogroms perpétrés par les Russes blancs, rien sur la responsabilité de la contre-révolution anticommuniste. Tout est dit...

[2] L'anticommunisme et la contre-révolution avaient dès avant la Shoah déjà eu recours aux pogroms et à la mise en accusation des Juifs lors de l'intervention en 1918-1922 de quatorze pays capitalistes contre la Révolution russe pendant la guerre civile contre les Rouges. Les cibles furent clairement désignées par Winston Churchill, secrétaire d’État à la guerre de l'Empire britannique. C'était les...«Juifs terroristes» (l'un des sous-titres de son article: Sionisme contre Bolchevisme: un combat pour l'âme du peuple juif, in Illustrated Sunday Herald, 8 février 1920) représentés notamment par un Trotsky, dont la «cruelle puissance de sa pensée ne lui laisse aucun doute [sur] ses plans pour établir un État communiste à l'échelle mondiale, sous domination juive [sic] [...]»

Les pogroms alors commis furent de fait une répétition générale réalisée de manière «artisanale» par la contre-révolution («les Blancs»), relativement aux méthodes industrielles employées par les fascistes allemands (les nazis) durant la seconde guerre antisoviétique entre le 22 juin 1941 et le 8 mai 1945. Hitler l'avait annoncé. Le 30 janvier 1939, il déclarait dans un discours au Reichstag: «Aujourd’hui, je serai encore un prophète : si la finance juive internationale en Europe et hors d’Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas la Bolchevisation du monde, donc la victoire de la juiverie, au contraire, ce serait l’anéantissement de la race juive en Europe.» En décembre 1938 Trotsky l'avait prévu : «Il est possible d'imaginer sans difficulté ce qui attend les Juifs dès le début de la future guerre mondiale. Mais, même sans guerre, le prochain développement de la réaction mondiale signifie presque avec certitude l'extermination physique des Juifs.» Voir Michel Aymerich, Le 22 juin 1941, les fascistes allemands déclenchent la guerre totale contre le "judéo-bolchévisme"! http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2016/06/le-22-juin-1941-les-fascistes-allemands-declenchent-la-guerre-totale-contre-le-judeo-bolchevisme.html

[3] «La plupart des dirigeants de la « Choura -i-Islamia », de la «Choura-i-Oulemas » et de « l'Allach Orda » de tous ceux, Russes et non-Russes, qui, pour la défense de leurs privilèges, vont s'opposer à la révolution. Ils seront […] aux côtés de toutes les interventions étrangères : Anglais, Allemands, Français, Turcs, Japonais, Américains, etc. » Henri Alleg, Etoile rouge et croissant vert, Messidor/ Temps actuels, Paris 1983, p. 99. 

[4] Ibid. Michel Aymerich, Le 22 juin 1941, les fascistes allemands déclenchent la guerre totale contre le "judéo-bolchévisme"!

[5] http://fr.calameo.com/read/000027985316de70acbb1

[6] http://www.blog.sami-aldeeb.com/2017/06/01/similitudes-entre-mein-kampf-et-le-coran/

[7] Michel Aymerich, Il y a quatre ans la petite Myriam Monsonego était assassinée par Mohammed Merah... http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2016/03/il-y-a-quatre-ans-la-petite-myriam-monsonego-etait-assassinee-par-merah.html

[8] Youssef al-Qaradâwî, théologien, prédicateur et universitaire qatari d'origine égyptienne, président de l'Union internationale des savants musulmans, membre du Conseil européen de la Fatwa déclare sur la chaîne Al Jazeera le 30 janvier 2009: «Tout au long de l'histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu'il leur a fait — et bien qu'ils [les Juifs] aient exagéré les faits —, il a réussi à les remettre à leur place. C'était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants.» Voir la vidéo suivante à partir de 3:06mn

https://www.youtube.com/watch?v=7WiIjs3lfHU

[9] Il va de soi que partager nombre de points, voire ici l'ensemble, de l'analyse de David Belhassen n'implique en rien une identité de vues sur d'autres questions politiques ou sur les conclusions générales à tirer des analyses sur la question précise du génocide des Hébreux, sinon que la présence des Hébreux et leur droit à l'autodétermination face à l'impérialisme «arabo»-musulman est inaliénable. Les guillemets sont là pour souligner que bien des «Arabes», eux-mêmes, ne sont que des arabisés et islamisés par la terreur qu'il s'agit d'inciter à la désaliénation et à l'émancipation par le retour à leur identité originelle. Retour puni de mort, puisqu'il signifie pour l'Islam la commission du crime d'apostasie. Un retour qui peut s'opérer de façon parfaitement dialectique par le passage à un athéisme cultivant la mémoire de l’injustice afin d'en empêcher une réédition... 

LIEN vers la totalité de l'article !

https://davidbelhassen.blogspot.fr/2016/02/le-genocide-occulte-des-samaritains.html

L'Islam et le génocide volontairement oublié des Hébreux
Articles
Retour à l'accueil