Lecture prioritaire!

Par Michel AYMERICH

J'ai plusieurs lectures en cours, mais j'ai acheté deux livres, un tout petit et un volumineux. C'est ce second, le récent ouvrage d'Alexandre Del Valle, dont la lecture me tarde le plus.

Je vais terminer (il me reste 4 ou 5 pages) un ouvrage très intéressant et éminemment instructif intitulé Le second Anschluss : l'annexion de la RDA : L'unification de l'Allemagne et l'avenir de l'Europe de Vladimiro Giacchè. http://editionsdelga.fr/portfolio/vladimiro-giacche-le-second-anschluss-lannexion-de-la-rda-lunification-de-lallemagne-et-lavenir-de-leurope/

Dans le journal La Tribune, on peut lire ceci: "Cet ouvrage, "Le Second Anschluss", déconstruit un des grands contes de fées contemporain : le succès de la réunification allemande. Dans un livre richement documenté et à la logique implacable, Vladimiro Giacchè montre que la RDA de 1989 était certes une économie déclinante, mais elle n'était pas « en banqueroute » comme l'ont prétendu les dirigeants ouest-allemands pour justifier une union monétaire rapide. [...] Aucune chance n'a, en réalité, été laissée aux entreprises est-allemandes. Place nette aura été faite pour les groupes ouest-allemands et la population de l'ex-RDA en aura fait les frais. C'est pourquoi Vladimir Giacchè revendique le terme « d'annexion » qui a été banni du débat public allemand.

25 ans après la réunification, il est peut-être temps d'ouvrir ce dossier. D'autant que le scandale Volkswagen est venu rappeler que « l'exemplarité » allemande demeure sujette à caution. " (La Tribune, L'ex-RDA est un Mezzogiorno au centre de l'Europe, 02/10/2015) http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-ex-rda-est-un-mezzogiorno-au-centre-de-l-europe-509960.html

Il me reste également à terminer un gros tiers d'un autre très intéressant ouvrage portant sur un tout autre thème: Un certain "vivre ensemble": Musulmans et juifs dans le monde arabe de Daniel Sibony. https://www.judaicalgeria.com/pages/un-certain-vivre-en-semble.html

Isabelle Fitoussi résume très bien un aspect essentiel de la thématique du livre de Sibony:

"L’étude de la dhimma, c’est-à-dire du statut de protégés qu’avaient les juifs, protégés moyennant impôt, pose déjà une question : de qui étaient-ils protégés ? Quels dangers intrinsèques les menaçaient au point de justifier ce statut spécial pendant 13 siècles ? On comprend vite qu’ils étaient protégés de la foule, que le zèle religieux, abreuvé de formules coraniques, pouvait rendre violente. Du coup, cette étude met à nu des rapports parfois pervers, comme par exemple ce qui arrive quand ils sont effectivement protégés, et que la foule s’indigne de voir qu’ils marchent la tête haute au lieu de « se faire petits » comme l’exige le texte sacré." http://larchemag.fr/2017/01/02/2916/un-certain-vivre-ensemble/

Bien que je n'ai pas encore achevé la lecture de ce livre (ce qui ne saurait tarder), j'ai acheté aujourd'hui pour la somme modique de trois Euros Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes, Poche – 4 janvier 2017, de Charb, dessinateur, journaliste et directeur de la publication du journal satirique Charlie Hebdo, assassiné par des djihadistes...

Son texte a été finalisé deux jours avant son assassinat! La lecture en sera rapide. 64 pages seulement...https://www.amazon.fr/Lettre-escrocs-lislamophobie-font-racistes/dp/2290137065

Mais surtout je n'ai pas résisté à l'achat de l'ouvrage d'Alexandre Del Valle Les vrais ennemis de l'Occident: Du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes*, dont j'ai déjà entrepris la lecture! *http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/vrais-ennemis-loccident

Lecture prioritaire!

Voici ce qu'on lit en quatrième page de couverture:

"Alexandre del Valle fut précurseur en évoquant dès 1997 le totalitarisme islamiste et en annonçant la dérive de la Turquie néo-ottomane. Trente ans après la dissolution de l’ex-URSS, il montre que les pays de l’OTAN n’ont pas toujours changé leurs « logiciels » hérités de la Guerre froide, désignant la Russie comme l’Ennemi suprême. A cette erreur sur l’Ennemi correspond une erreur sur l’Ami, l’Occident demeurant allié aux « pôles de l’islamisme sunnite » (Arabie saoudite, Qatar, Koweit, Pakistan, Turquie, OCI, Frères musulmans) qui oeuvrent, dans le cadre d’un projet d’expansion planétaire, à saper de l’intérieur les valeurs des sociétés ouvertes sous couvert de défense de la religion.

Del Valle dresse un bilan des « révolutions de couleurs » appuyées par nombre d’ONG américaines en Europe de l’Est et les relie à l’interventionnisme occidental en Irak ou en Libye puis au printemps arabe, devenu « hiver islamiste ». Il dévoile de façon détaillée les stratégies et buts de guerre des islamistes, qu'il s'agisse des pôles « institutionnels » et étatiques, véritables ennemis, ou des djihadistes, simple face immergée de l'iceberg. Après avoir exposé leur double matrice théocratique et totalitaire, l’auteur démontre que pour résister à cette offensive bien plus planifiée et massive qu’on l’imagine, l’Occident doit de toute urgence définir la Menace et l’Ennemi dans leur globalité puis revoir totalement ses alliances et visions stratégiques.

L’enjeu n’est autre que de préserver les valeurs des sociétés ouvertes sans renier leurs racines civilisationnelles. La priorité est de les défendre chez nous avant de donner des leçons de droits de l’homme ou de démocratie au reste du monde."

Il semblerait, vu ce que j'en sais, que je peux d'ors et déjà en recommander la lecture. Si je suis déçu, je le ferai savoir.

En voici un avant-goût sous forme de conférence de présentation du thème de son livre: https://www.youtube.com/watch?v=9pfpBzanZTA

Le point commun à ces lectures en cours et à venir ? L'incompatibilité totale de l'Islam avec nos valeurs, de gauche, mais aussi de droite, sur des points essentiels. La place de la femme dans la civilisation et l'importance du rôle de la liberté individuelle, entre autres exemples.

L'islam, cette idéologie et pratique politico-religieuse prosélyte, expansionniste, liberticide (ne JAMAIS oublier qu'un « musulman » n'a pas de droit de quitter l'islam sous peine de mort ou de prison...), structurellement antijudaïque ("antisémite"), anti-chrétienne, anti-athée, anti peuples premiers (anti chasseurs-cueilleurs, par ex.), anti-communiste jusqu'à la moelle des os (dans Le manifeste du Parti communiste, Marx et Engels définissaient le communisme comme une "association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous"), anti-vraie gauche, anti-progrès [1], anti-libéralisme aussi (cette doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême et la limitation du pouvoir du souverain), etc.

L'exception apparente de la lecture de l'analyse de Vladimiro Giacchè se rapporte au renforcement d'une Allemagne de l'Ouest qui n'a pas lésiné sur l'emploi de moyens purement capitalistes au détriment d'une grande partie des Allemands de l'Est (la transformation de l'ex-RDA en un Mezzogiorno [2] au centre de l'Europe!) et qui aujourd'hui comme hier montre une disposition irresponsable à s'allier avec la Turquie néo-ottomane membre de l'OTAN, mais pas avec la Russie pour faire face au défi civilisationnel représenté par l'islam...

Or comprendre (et en tirer les nécessaires conclusions)  l'antagonisme civilisationnel entre ce dernier et les valeurs du monde non-islamisé, dont la Russie et la Chine (Voir mon article), est devenu une question vitale pour l'Europe!

NOTES:

[1] Il n'est pas fortuit que Engels notait avec une pertinence remarquable la différence de nature du rôle de la religion, lors des révoltes populaires en terres chrétiennes et en terres islamisées : « Déjà au moyen-âge le parallélisme des deux phénomènes s'impose lors des premiers soulèvements de paysans opprimés, et notamment, des plébeins des villes. Ces soulèvements, ainsi, que tous les mouvements des masses au moyen-âge portèrent nécessairement un masque religieux, apparaissaient comme des restaurations du christianisme primitif à la suite d'une corruption envahissante [Note : A ceci les soulèvements du monde mahométan, notamment en Afrique, forment un singulier contraste. L'Islam est une religion appropriée aux Orientaux, plus spécialement aux Arabes, c'est-à-dire, d'une part à des citadins pratiquant le commerce et l'industrie, d'autre part à des Bédouins nomades. Là réside le germe d'une collision périodique. Les citadins, devenus opulents et luxueux, se relâchent dans l'observance de la " Loi " . Les Bédouins pauvres, et, à cause de leur pauvreté, de mœurs sévères, regardent avec envie et convoitise ces richesses et ces jouissances. Ils s'unissent sous un prophète, un Madhi, pour châtier les infidèles, pour rétablir la loi cérémoniale et la vraie croyance, et pour s'approprier, comme récompense, les trésors des infidèles. Au bout de cent ans, naturellement, ils se trouvent exactement au même point que ceux-ci ; une nouvelle purification est nécessaire ; un nouveau Madhi surgit ; le jeu recommence. Cela s'est passé de la sorte depuis les guerres de conquête des Almoravides et des Almohades africains en Espagne jusqu'au dernier Madhi de Khartoum qui bravait les Anglais si victorieusement. Il en fut ainsi, ou à peu près, des bouleversements en Perse et en d'autres contrées mahométanes. Ce sont tous des mouvements, nés de causes économiques, bien que portant un déguisement religieux. Mais, alors même qu'ils réussissent, ils laissent intacts les conditions économiques. Rien, n'est changé, la collision devient périodique. Par contre, dans les insurrections populaires de l'occident chrétien, le déguisement religieux ne sert que de drapeau et de masque à des attaques contre un ordre économique devenu caduc ; finalement cet ordre est renversé; un nouveau s'élève, il y a progrès, le monde marche.] , mais derrière l'exaltation religieuse se cachaient régulièrement de très positifs intérêts mondains. Cela ressortait d'une manière grandiose dans l'organisation des Taborites de Bohème sous Jean Zizka, de glorieuse mémoire ; mais ce trait persiste à travers tout le moyen-âge, jusqu'à ce qu'il disparaît petit à petit, après la guerre des paysans en Allemagne, pour reparaître chez les ouvriers communistes après 1830. Les communistes révolutionnaires français, de même que Weitling et ses adhérents, se réclamèrent du christianisme primitif, bien longtemps avant que Renan ait dit : " Si vous voulez vous faire une idée des premières communautés chrétiennes, regardez une section locale de l'Association internationale des travailleurs. " Source : https://www.marxists.org/francais/marx/94-chris.htm

[2] " Il ne s'agit pas là d'opinions, mais de faits. Et c'est aussi un fait que l'ancien territoire de la RDA depuis la chute du mur de Berlin a connu un des taux de croissance les plus bas parmi les anciens pays du bloc de l'est. Si l'on ajoute à cela que la contribution de ces territoires au PIB total allemand est inférieur à celui de la RDA (moins de 11 % en 2011 contre 11,6 % en 1989), il paraît évident que l'on ne peut imputer la responsabilité de cette situation à ce qu'il y avait avant ou au seul régime d'Honecker. La RDA faisait partie du bloc socialiste, comme la Pologne, qui était alors beaucoup plus arriérée et qui, ensuite, a connu des taux de croissance bien plus élevés. On peut faire la même constatation pour la République tchèque et la Slovaquie, et d'autres encore. L'ex-RDA reste un Mezzogiorno au centre de l'Europe." Source: http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-ex-rda-est-un-mezzogiorno-au-centre-de-l-europe-509960.html

Retour à l'accueil