Affiche soviétique de 1958. Déjà...

Affiche soviétique de 1958. Déjà...

Par Michel AYMERICH

Michel Touma dans un récent éditorial que je reproduis ci-dessous rappelle au candidat à la présidentielle qu'est François Fillon quelques vérités... Mais elle m'apparaissent bien isolées d'un contexte plus général où bien des responsabilités sont engagées de longue date.

Rien n'est simple, il est vrai. Toutefois quelques réflexions.

  1. Bachar el-Assad a fait libérer des islamistes sunnites (musulmans sunnites intégristes) dans le cadre d'une « manœuvre [qui] était diabolique » (Michel Touma). Ces derniers combattent néanmoins réellement pour le pouvoir. Donc ils combattent pour chasser Bachar, mais aussi les Alaouites qui selon Daniel Pipes « doivent être considérés comme non musulmans. » [1].

  2. Soutenir les « rebelles », comme le fait une partie de l'Occident, revient donc à soutenir ces islamistes sunnites qui ne se différencient des autres islamistes sunnites réunis sous la bannière de l'Etat islamique essentiellement que par des considérations TACTIQUES et non stratégiques. La stratégie des « rebelles » consistant à établir l'ordre islamique et la charia dans toute la Syrie et plus tard PARTOUT dans le monde. Il faut lire (et écouter) le témoignage de Pierre le Corf qui a fait l'objet d’un reportage sur France 2 : « Je suis neutre ici en tant qu'humanitaire, mais je suis contre la barbarie et le fanatisme. Ceux que vous appelez rebelles n'existent pas autour d'Alep, ici ce ne sont que des drapeaux noirs tout autour de la ville, ceux de Al-Nusra, même drapeau que Daesh. Balles, mortiers, roquettes, bonbonnes de gaz remplies de clous et j'en passe. Ils arrachent la tête des prisonniers et civils qui refusent de se soumettre à la charia. La majorité d'entre eux sont Afghans, Tchétchènes, Irakiens etc, ne sont pas Syriens, ils souhaitent créer un état Islamique (Oui Daesh aussi = concurrents) » [2]. Il faut aussi absolument écouter Vanessa Beeley, une journaliste indépendante, activiste pour la paix et fille de Harold Beeley, ancien ambassadeur de Grande-Bretagne en Arabie Saoudite [3].

  3. Bachar a joué avec le feu fondamentaliste (la manœuvre diabolique). Ceux en Occident qui veulent le renverser semblent également jouer avec le même feu fondamentaliste. Celui-ci, en effet, n'est pas moins diabolique. Comme en témoignent les centaines de milliers de morts qui ne peuvent être attribués au seul Bachar el-Assad, aussi « diabolique » qu'il puisse être. Ce que rapportent Pierre le Corf et Vanessa Beeley confirme ce constat.

    3-1) Le premier a voulu semer la zizanie, mais n'a permis qu'aux djihadistes de l'emporter auprès de son opposition. Ceux-ci constituent désormais l'armature idéologique principale de celle-ci...

    3-2) Les seconds veulent renverser Bachar à tout prix, quitte à soutenir les djihadistes...

    3-3) Bachar comme les Occidentaux qui veulent coûte que coûte le renverser ont joué et continuent – du moins pour les seconds- de jouer cyniquement avec cette figure du diable djihadiste qu'est le Front Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra) qui n'a guère à envier à l’État islamique (Daesh)...

  4. La Russie de Poutine soutient tactiquement Bachar el-Assad en vue stratégiquement d'asséner un coup important aux djihadistes sunnites. Quels qu'ils soient ! Ceux de l’État islamique largement soutenu par la Turquie d'Erdogan [4] comme ceux qui ont pour priorité tactique le renversement de Bachar, c'est-à-dire les « rebelles » soutenus par une partie de l'Occident : l'administration Barak Hussein Obama et Hillary Clinton (laquelle menaçait d’abattre des avions russes en Syrie ! ) ; l'Allemagne de Merkel ; La France de Hollande...

CONCLUSION:

A) Il restera à faire partir Bachar el-Assad par d'autres moyens, c'est-à-dire sans laisser le moins du monde des djihadistes (musulmans intégristes), agents des impérialismes sunnites concurrents que sont la Turquie d'Erdogan et les pays du Golfe (Arabie saoudite et Qatar), parvenir au pouvoir. Ce qui n'est pensable qu'à la condition de soutenir sur une période qui peut s'avérer longue une opposition formée d'apostats, donc peu susceptible d'accueillir en son sein des musulmans qui oscilleront entre la rupture de facto avec les impératifs contenus dans le coran et l’obéissance plus probable à ces mêmes impératifs...

B) Parallèlement il faut neutraliser le pouvoir d'extrême nuisance de l'agence de l'impérialisme chiiite [5] qu'est le Hezbollah et plus encore de ses parrains iraniens qui forment le noyau de cet impérialisme politico religieux d'obédience chiite...

C) Une bonne politique serait de s'entendre stratégiquement avec la Russie, la Chine, les USA, Israël et l'Inde, afin de saper durablement les bases des deux fondamentalismes sunnite et chiite qui n'existent que par la négation des droits humains les plus fondamentaux. Négation de droits que ces fondamentalismes en concurrence veulent étendre au monde entier! Mais l'inconséquence en la matière semble être une marque de fabrique d'un Occident qui n'a jamais hésité à soutenir un fondamentalisme musulman sunnite ou chiite contre le mouvement communiste et contre toutes forces progressistes pouvant menacer ses alliés musulmans, aussi peu fiables soient-ils ! Il faudra, donc, neutraliser pour le moins ces forces en Occident qui sont toujours prêtes à soutenir un fondamentalisme musulman ou un autre au profit de leurs alliances malodorantes avec un ou plusieurs des 57 pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI)...

 

Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/
Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/
Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/
Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/

Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/

NOTES :

[1] Daniel Pipes écrivait en 1989 :«  Les Alaouites rejettent les grands principes de l'Islam; sous tous les angles, ils doivent être considérés comme non musulmans. [...]  Il semble inévitable que les Alaouites – qui restent une minorité petite et méprisée, en dépit de toute leur puissance actuelle - finiront par perdre leur contrôle sur la Syrie. Lorsque cela se produira, il est probable que les conflits qui à tous les niveaux seront communautaires les abattront, avec la bataille décisive ayant lieu entre les dirigeants alaouites et la majorité sunnite. En ce sens, la chute des Alaouites- que ce soit par des assassinats de hautes personnalités, un coup d'Etat de palais, ou une révolte régionale - est susceptible de ressembler à leur ascension.»

Source : http://fr.danielpipes.org/9655/conquete-alaouite-syrie

[2] Source: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/france-2-et-alep-ou-comment-185359

[3] Alep – Témoignage à contre courant d’une journaliste britannique.

Source:http://www.les-crises.fr/alep-temoignage-a-contre-courant-dune-journaliste-britannique/

[4] « L'archive publiée par Wikileaks ce lundi 5 décembre 2016 comprend exactement 57 934 mails de Berat Albayrac , le gendre du président turc. La correspondance met en lumière les relations troubles entre Albayrac et le groupe terroriste Daesh, à travers la compagnie pétrolière Powertans. »

Source:http://www.tunisiefocus.com/economie/wikileaks-publie-milliers-de-mails-gendre-derdogan-devoile-relations-troubles-daech-160880/

[5] « Dans une déclaration qui coïncide avec la sortie de 500 000 nouveaux câbles, appelés «Câbles Carter III », Julian Assange a expliqué les événements qui se sont déroulés en 1979 qui ont conduit à la montée de l’État islamique. Il a déclaré: «Si une année pourrait être considéré comme «l’année zéro» de notre époque moderne c’est l’année 1979.»

Source: http://www.europe-israel.org/2016/12/la-cia-a-cree-letat-islamique-revele-julian-assange-de-wikileaks-qui-publie-500-000-cables-diplomatiques-americains/

L'année 1979, c'est l'année de la contre-révolution iranienne, qualifiée faussement de « révolution » iranienne. En effet, à la révolution largement dirigée par des organisations se réclamant du marxisme-léninisme (Parti communiste iranien (Tudeh) et Fedayin du Peuple...) et une organisation combinant « islam » avec (de manière soupoudrée) des références marxistes a succédé une contre-révolution islamique dirigée par l'ayatollah Khomeini revenu en Iran, avec 17 membres de son état major, le 1er février 1979, par avion affrété par la France de Giscard, au moment où la Révolution était entrée dans sa phase victorieuse...

De grâce, monsieur Fillon...

Par Michel Touma

« Un double non-sens... C'est le seul qualificatif que l'on pourrait attribuer à la position proclamée de François Fillon concernant la Syrie. Le candidat de la droite française à la présidentielle de 2017 prône en effet une coopération avec le régime de Bachar el-Assad pour lutter contre l'État islamique. Il souligne, en outre, la nécessité de s'accommoder du maintien du pouvoir en place à Damas dans le but de défendre les chrétiens d'Orient.

Dans l'un et l'autre cas, M. Fillon fait manifestement fausse route et montre soit qu'il cherche à tromper son opinion publique, soit qu'il ignore totalement certaines réalités propres à la région.

Prétendre qu'une attitude complaisante à l'égard du tyran syrien permettrait de mener à bien le combat contre Daech revient à occulter des faits bien établis, relevés à maintes reprises par plus d'un haut responsable occidental. Certes, il est plausible que le candidat de la droite française ne soit pas très coutumier de la politique de pyromane-pompier pratiquée pendant des décennies, et jusqu'à présent, par le régime Assad, père et fils. Mais est-il possible que M. Fillon ne sache pas qu'au printemps 2011, quelques semaines après le déclenchement du soulèvement populaire, Bachar el-Assad a libéré de ses geôles plus d'un millier de cadres et de ténors jihadistes qui se sont empressés de s'organiser et de recruter des combattants pour prendre part au conflit armé dans les villes syriennes ? La manœuvre était diabolique : favoriser l'émergence d'une opposition radicale susceptible de laminer et de discréditer la rébellion modérée de manière, par la suite, à se poser en rempart face à ces mêmes courants extrémistes dont il avait facilité la mise en place.

Il est déplorable que des personnalités telles que Donald Trump et François Fillon se laissent prendre à ce jeu ou feignent de ne pas le percevoir. Pourtant, des dirigeants occidentaux n'ont pas manqué de dévoiler ouvertement cette cynique supercherie. En novembre 2015, le secrétaire d'État John Kerry soulignait ainsi sans détours qu'« Isis (l'État islamique) a été créé par Assad » en libérant, notamment, des prisonniers d'el-Qaëda. Nous avions rapporté dans ces mêmes colonnes la teneur de trois tweets postés le 1er juin 2015 (en dehors du territoire syrien) par l'ambassade US à Damas, indiquant que le régime non seulement évitait dans les combats les positions militaires de Daech, mais s'employait à les renforcer et menait même des raids pour appuyer l'avancée des jihadistes de l'EI à Alep. Au début du soulèvement, l'ambassadeur de France en Syrie devait faire la même constatation en relevant que l'aviation de Bachar el-Assad survolait les positions jihadistes sans les inquiéter outre mesure pour aller bombarder les combattants de l'opposition modérée. L'ancien chef du Quai d'Orsay, Laurent Fabius, soulignait dans ce cadre le 20 août 2014 que l'EI « est protégé d'une certaine manière par le régime Assad qui a libéré ses dirigeants de ses prisons ».

La liste de témoignages et de faits sur le terrain qui confirment les constations de MM. Kerry et Fabius et des ambassades américaine et française à Damas est longue, très longue... François Fillon pourrait facilement s'en informer afin de déterminer si réellement le président syrien serait un allié fiable et crédible pour combattre l'EI.

La seconde aberration dans la position du candidat de la droite française concernant la Syrie est la volonté de collaborer avec Bachar el-Assad pour défendre les chrétiens d'Orient ! M. Fillon ignore-t-il que durant les 30 ans d'occupation syrienne du Liban, le régime Assad (père et fils) n'a épargné aucun effort, aucun moyen pour affaiblir et marginaliser le pouvoir chrétien au pays du Cèdre et qu'à cette fin : il a fait assassiner deux présidents (maronites) et a tenté de liquider d'autres leaders chrétiens ; il a pilonné à l'artillerie lourde des localités et des quartiers chrétiens opposés au diktat de Damas ; il a lâché au début de la guerre libanaise une milice qui lui était inféodée contre des villages chrétiens du Akkar et de la Békaa pour y perpétrer des massacres et lui permettre de se poser par la suite en « sauveur » de la population de ces mêmes villages (encore la fameuse politique de pyromane-pompier...) ; il a contrait à l'exil Amine Gemayel, puis Michel Aoun (après avoir liquidé, le 13 octobre 1990, des centaines d'officiers et de soldats, dans leur écrasante majorité chrétiens) ; il a mis sur pied dans les années 90 des groupuscules fondamentalistes sunnites pour intimider et juguler l'opposition chrétienne de l'époque à chaque fois qu'elle voulait manifester contre la tutelle syrienne ;

il a orchestré des procès politiques contre un autre leader chrétien, Samir Geagea, et l'a fait emprisonner parce qu'il refusait de rentrer dans le rang ; il a exercé sans relâche de fortes pressions sur l'ex-patriarche maronite, le cardinal Nasrallah Sfeir, afin de l'amener, mais en vain, à avaliser l'anschluss syrien sur le Liban ; et last but not least, ce régime avec lequel M. Fillon souhaiterait coopérer pour défendre les chrétiens d'Orient a fomenté il n'y a pas si longtemps un diabolique complot terroriste, en manipulant un ancien ministre, afin d'assassiner le patriarche maronite et des dignitaires musulmans au Liban-Nord pour provoquer une nouvelle conflagration confessionnelle entre chrétiens et musulmans.

Là aussi, la liste est longue, très longue... Alors, de grâce, monsieur Fillon, si vous souhaitez réellement la défense des chrétiens d'Orient, ne cherchez pas à faire relâcher le loup sanguinaire dans notre bergerie. »

Michel Touma

(Source : http://www.lorientlejour.com/article/1022247/de-grace-monsieur-fillon.html)

 

 

Retour à l'accueil