Trip en Chine et quelques réflexions sur l'état de développement atteint comparativement aux pays de l'OCI

Par Michel AYMERICH

En octobre 2012, j'avais découvert la Chine. Ce pays m'avait positivement surpris. Quatre ans plus tard, je suis donc reparti dans ce pays-continent. Un pays, en effet, grand comme plus de 17 fois la France. Un pays, par conséquent, plus grand que le continent australien. La Chine est le troisième pays du monde par sa superficie (près de 9,6 millions de km²) après la Russie et le Canada.

Lors de mon premier séjour d'un mois, je m'étais seulement rendu dans les villes de Guanzhou, dans la province de Canton, et à Guilin et Yangshuo dans la région autonome Zhuang du Guangxi et à Yongzhou dans la province du Hunan.

Je suis retourné à Guanzhou, cette ville de près de 13 millions d'habitants, mais cette fois-ci, j'ai parcouru des milliers de km en trains, cars, bus et auto, traversant et visitant les villes de plusieurs provinces, au nombre desquelles Guangzhou (GUANGDONG); Wuyishan (FUJIAN); Shangrao (JIANGXI); Anqing, Hefei, Lu'an et Xuancheng (ANHUI); Mangshan près de Chenzhou (HUNAN); Luzhai près de Liuzhou (GUANGXI)...

Mon but était multiple. Il était de découvrir et photographier le plus grand nombre possible d'espèces de serpents de Chine, sans négliger tous les autres reptiles et amphibiens, les oiseaux et mammifères, les arachnides et insectes, au nombre desquels des papillons merveilleux et époustouflants de beauté. Il était surtout, à l'occasion de mes pérégrinations et prospections de réserves naturelles, d'élaborer un circuit de découvertes naturalistes et culturelles que je puisse reproduire avec des participants...

Une fois en Chine, le hasard a fait que invité chez mon guide, j'appris qu'il habitait la province où je pouvais voir l'alligator de Chine (Alligator sinensis), une espèce endémique !

A ces fins, je me suis rendu dans deux parcs naturels, ceux de Yuhishan et de Mangshan, dans la ferme à alligators de Chine de la province de Anhui et bien plus au sud dans une ferme à serpents près de Liuzhou. Ce faisant, j'ai parcouru d'immenses distances et j'ai observé.

A toutes les étapes de mon périple, l'état de développement de la Chine s'est imposé à ma vue. Plus exactement, l'explosion spectaculaire de modernité ne pouvait que s'imposer à mes sens et provoquer le questionnement lancinant suivant : pourquoi et comment la Chine en était arrivé à ce stade indéniable de développement en seulement quelques décennies, alors que mon pays natal le Maroc et les autres pays d'Afrique du Nord, comme dans le fonds tous les pays islamisés demeurent très loin, je dirais infiniment loin en arrière ?

La Chine a investi et continue d'investir dans la recherche et la formation. Un article du 14 décembre 2015, publié sur le site de l'OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), titrait Hausse du nombre de demandes de brevet dans le monde en 2014 pour la cinquième année consécutive : la Chine, moteur de cette croissance.

Dans cet article, on lit: «2014 marque une nouvelle année de croissance dans le monde : les innovateurs ont déposé quelque 2,7 millions de demandes de brevet et l’activité de dépôt de demandes en Chine a devancé l’activité combinée des deux pays venant directement après elle dans le classement, à savoir les États-Unis d’Amérique et le Japon. » [ 1]

Combien de brevets déposés pour l'ensemble des 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)?

Les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)

Les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)

 Mohamed Rebai y répond partiellement dans son article Innovation : Pourquoi les Arabes sont-ils les cancres du monde? Il y répond partiellement, car ses exemples ne concernent que les pays « arabes » et arabisés, lesquels, précisons-le, ne sont pas des pays arabes, mais comme par exemple dans le cas de la Tunisie et du Maroc des pays à substrat Berbères et Juifs arabisés et islamisés...

En écrivant ce qui suit (ses chiffres sont de 2013, mais rien n'indique un retournement de tendance les années suivantes...), l'auteur met en exergue une caractéristique commune à l'ensemble des pays islamisés. Une caractéristique qui a valeur de symptôme.  Ainsi « [l]es 22 pays arabes ne produisent ensemble que 40% des brevets déposés par Israël et 1% des brevets américains. De là à dire que les Arabes, Tunisiens y compris, sont les cancres du monde! 

D'après l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), le nombre de brevets, excepté ceux afférents aux marques, dessins et modèles industriels, déposés en 2013 par les Chinois est de (734.081), devançant les Américains (501.128), Japonais (473.137), Coréens du Sud (223.517), Allemands (184.475), Français (71.073) Russes (34.065) et Israéliens (12.767). [...] Si nous additionnons tous les brevets arabes, nous arrivons à seulement 5.108. » [ 2]

Au sein des pays de l'OCI non pris en compte par Mohamed Rebai, il y a la Turquie et l'Iran, mais aussi le Pakistan, l'Indonésie, etc. La carte du monde ci-dessous du dépôt des brevets, bien que datant de 2011, illustre l'absence significative de ces pays [ 3].  

Graphique de 2011 qui indique une tendance confirmée 5 ans plus tard...

Graphique de 2011 qui indique une tendance confirmée 5 ans plus tard...

Les Chinois n'ont pas prétexté de la colonisation subie et des millions de morts de l'invasion japonaise pour excuser quoi que ce soit qui eut légitimé une paralysie économique, politique, sociale et culturelle. Ils ont conquis leur indépendance et sont allés résolument de l'avant, ouvrant les bras à la modernisation tous azimuts.

Je ne doute pas que les Chinois iront encore de l'avant, creusant toujours plus l'écart déjà abyssal entre eux et les pays de l'OCI. La Chine s'est réveillée depuis des décennies. La politique de Deng Xiaoping a donc porté ses fruits. Mais nonobstant le rôle à mon avis indéniable du Parti communiste chinois (PCC) [4], que serait cette politique sans l'esprit chinois ? Sans les capacités intellectuelles des Chinois ? Toutes qualités trouvant leur source dans des milliers d'années d'une civilisation qui a pu se maintenir au fil des siècles et que le PCC a su utiliser pour faire de la Chine ce qu'elle est advenue et deviendra.

Le fait que le Japon a su également atteindre des sommets de développement, malgré la guerre et bien que deux de ses villes aient reçu la bombe atomique (Hiroshima et Nagasaki), est une autre confirmation de l’ingéniosité et en général des capacités créatives d'une catégorie donnée de pays asiatiques...   

La différence ou plutôt le fossé abyssal entre l'état de développement ou plutôt de sous-développement perdurant dans nombre (et même la totalité si l'on prend en compte l'absence déterminante de liberté des femmes) des 57 pays islamisés s'explique par l'opposition manifeste, je suppose structurelle, entre les cultures asiatiques, telles que chinoises, coréennes, japonaises, vietnamiennes et les cultures islamisées. Des cultures asiatiques qui semblent pouvoir être ramenées fondamentalement à une culture asiatique si l'on considère les liens de parenté culturels entre les Chinois, Japonais, Coréens, Vietnamiens et autres. Des cultures islamisées, lesquelles pour leur part peuvent être ramenées à la culture surdéterminante qu'est l'Islam sunnite ou chiite. Un Islam qui tend à stériliser les sociétés qu'il conquiert. Le critère du nombre de dépôts de brevets est un exemple parmi de nombreux autres. Il est un symptôme manifeste de l'arriération structurelle qui identifient ces pays, dont nombre d'habitants croient que le Coran a la réponse à tout. En douter conduit les «coupables» à subir l’opprobre souvent mortelle des musulmans et de l’État qui n'en est que trop souvent un reflet.

Le fait que les Israéliens aient déposé à eux-seuls 12.767 brevets en 2013, alors que 24 pays islamisés n'en ont déposé que 5.108 (voir plus haut) démontre que le problème est bien l'Islam et la catastrophe sociétale qu'il induit...

Voilà le type de raisonnement qui chaque jour s'imposait à moi. Par exemple à l'occasion de l'observation de ces dizaines et dizaines de milliers de femmes portant le plus librement et le plus naturellement du monde leurs shorts ou leurs bermudas. Des shorts parfois très courts qui n’occasionnaient ni harcèlement, ni même des sifflements, ni remarques de quelque nature que ce soit, ni regards de désapprobation. Ceci dans toutes les provinces visitées, que ce soit dans de petites villes pour les Chinois, mais gigantesques aux yeux de l'Européen que je suis, dans l'immense ville de Guanzhou (près de 13 millions d'habitants) ou dans des villages. J'observais cette liberté vestimentaire allant de soi, tant dans une province réputée riche ou dans une province dite « pauvre ». Dans une province « normale » ou dans une province avec le statut de « région autonome », parce-que peuplée d'une autre ethnie que Han, l'ethnie majoritaire. Je n'ai pu m'empêcher de réaliser des photos qui illustrent mon propos [ 5], tant le caractère de normalité du port du short s'imposait par son évidence que je voulais illustrer.

Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/
Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/
Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/
Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/
Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/

Une série de mes photos (©Michel AYMERICH) illustrant mon propos. Plus de photos, ici: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/

Aux très nombreux shorts et à la façon la plus naturelle qui soit de les porter, je mesurais le fossé incommensurable entre le monde chinois et islamisé. Un monde chinois qui semblable au notre n'est pas construit sur un Apartheid sexuel où l'ordre politico-religieux et social dicte aux femmes et particulièrement à elles des interdits vestimentaires handicapant leurs mouvements, leur liberté, leur désir éventuel de plaire, et un long etc.

Des femmes, j'en ai vu partout. Des femmes jouant à un jeu dans le « café » (on boit très rarement du café en Chine) d'un village où on pouvait boire un soda, une bière, du thé. Des femmes me souriant dans la rue. Des femmes me parlant dans le train. Etc.

Je n'ai pas observé de contrôle des hommes sur les femmes ou de contrôle de femmes sur les femmes pour le compte de l'ordre patriarcal, tel qu'il existe en terres conquises par l'Islam.

Ce raisonnement, je le tenais en constatant le civisme des citoyens chinois, toutes ethnies confondues (il existe 56 ethnies appelées « nationalités »), dans le métro moderne de la mégapole qu'est Guangzhou. Il m'arrivait de me poser la question suivante : «Que peuvent bien penser les touristes chinois découvrant le métro parisien?» J'avoue que j'éprouvais et continue d'éprouver de la gêne à cette idée.

Un civisme, mais aussi un sens de l'organisation et un sens pratique qui semblent aller de bas en haut, c'est-à-dire de la base populaire aux sommets de l’État et inversement.

Une fois, une amie chinoise qui travaillait alors à Casablanca, me rendit visite alors que je résidais pendant deux mois à Dakhla. A cette occasion, je louai les services d'un chauffeur sahraoui pour lui faire un peu découvrir le Sahara et nous partîmes trois jours près d'Aousserd. Il faisait très chaud, 50 degrés ou plus. Les oiseaux, après les dromadaires, venaient boire dans une mare d'eau sortie d'un tuyau relié à un château d'eau alimenté par un puits dont un gardien avait la responsabilité. Lorsque de temps à autre des nomades amenaient leurs dromadaires, le gardien venait ouvrir les vannes du château d'eau qu'il alimentait à l'occasion en activant un moteur. Cet homme n'avait que cela à faire. Il vivait dans une unique pièce sans fenêtres en guise de maison et passait ses journées essentiellement devant son poste de télévision. Ne pouvant nous déplacer, du fait de cette chaleur écrasante et potentiellement mortelle, nous nous étions réfugiés, le chauffeur, mon amie et moi même chez cet homme. Mon amie chinoise, constatant l'existence d'une abondance d'eau disponible contrastant avec le caractère de désolation de l'entourage de la « maisonnette », exprima son étonnement avec les mots suivants : « Un Chinois aurait fait un jardin ! »

Et cela aurait été possible, l'endroit était propice à cela. Des buissons et plantes diverses, accompagnés d'acacias, se trouvaient à une centaine de mètres. Il aurait été aisé de dessiner un jardin à l'aide de plantes et arbres choisis, et de pierres de toutes tailles présentes en abondance...

Dans cet immense pays qu'est la Chine, tout semble démesuré aux yeux d'un Européen, mais en réalité tout est plutôt proportionné à l'immensité de la population du pays. Ainsi les gares, les halls de gares, les salles d'attente apparaissent gigantesques. Les hautes tours qui percent le ciel et les concentrations de buildings sont innombrables et se multiplient. Il faut bien gagner de l'espace en hauteur et économiser de l'espace en largeur pour parvenir à loger les habitants.

Et là encore la réflexion suivante s'imposait. Les tours, les ensembles de tours, les concentrations de tours impensables en France ne semblent pas produire notoirement plus d'incivilités que de coutume. Pas de tags, non plus, qu'un ministre pourrait, outrepassant le bon sens, comparer à de « l'art » au sens noble du mot ; pas de racket ; pas de harcèlement des femmes ; pas de tournantes ; pas de « jeunes » squattant des cages d'escaliers ; pas de citoyens craignant d'être insultés ou agressés pour un regard « de travers », un mot de trop ou de moins, une cigarette refusée ; pas de policiers attirés dans un guet-apens et attaqués au cocktail Molotov et un long etc.

Mes observations provoquaient en moi d'autres réflexions. Ainsi nombreux sont les Chinois(e)s circulant en deux roues : motos ; scooters ; vélos... Or pas une seule fois, je n'ai observé ces comportements constatés en France, comme au Maroc, où un « jeune » joue au « mariole » macho sur son deux roues en guise de « cheval » harnaché !

J'ai réalisé les deux premières photos (©Michel AYMERICH). Les deux autres sont de Zhang Wei (©Zhang WEI).
J'ai réalisé les deux premières photos (©Michel AYMERICH). Les deux autres sont de Zhang Wei (©Zhang WEI).
J'ai réalisé les deux premières photos (©Michel AYMERICH). Les deux autres sont de Zhang Wei (©Zhang WEI).
J'ai réalisé les deux premières photos (©Michel AYMERICH). Les deux autres sont de Zhang Wei (©Zhang WEI).

J'ai réalisé les deux premières photos (©Michel AYMERICH). Les deux autres sont de Zhang Wei (©Zhang WEI).

Je pensais aussi à l'idée répandue selon laquelle les Chinois mangent des chiens. LES Chinois, dit-on et pense-t-on dans les petites têtes. Pas des, mais LES est-il abusivement affirmé par les mêmes! Or ce ne sont pas les, mais DES Chinois. Comme ce ne sont pas LES Français, mais DES Français qui mangent des chevaux. Or, comme il y a quatre ans, j'ai observé des Chinois et Chinoises -pas rares- avec leurs chiens. Et ils leur témoignaient de l'attachement. Ce n'étaient pas des chiens exhibés pour leur race, comme on peut, parfois, le voir au Maroc. J'ai constaté également que les chiens de Chine dans les villages et les villes n'avaient pas cette expression triste, ce regard de chien battu, ce comportement de méfiance envers les hommes qu'ont la très grande majorité des chiens du Maroc... Non, les chiens en Chine ont des regards semblables à ceux des chiens en France !

Quand je lis à propos du festival de la viande de chien à Yulin que près des deux tiers des Chinois sont pour l'interdiction de ce festival, je ne suis pas surpris. D'ailleurs, l'interdiction du festival devrait également accompagner l'interdiction de la viande de chiens, interdiction déjà effective à Hong-Kong et Taïwan qui sont chinoises.

A propos de ce festival, je lis « Il est désormais temps de mettre la pression sur les autorités chinoises pour que des mesures effectives soient prises.  »[6]

A cette dernière phrase, je suis tenté d'écrire : Citoyens de Chine, soyez Chinois ! Faites interdire ce festival de Yulin et la viande de chien, et écrivez des pétitions adressées aux autorités françaises pour mettre la pression en vue de l'interdiction de la corrida ; la pression en vue de l'interdiction de la vivisection ; la pression en vue de l'interdiction de la viande de cheval. Et un long etc. [ 7]

Soyez Chinois, car vous pouvez et savez évoluer sur vos propres bases, faites d'échanges fructueux. Nous en France et en Europe, devons faire de même. Et en évoluant sur nos propres bases, faites également d'échanges fructueux, nous sommes fatalement amenés à nous rapprocher toujours plus, pour le grand bien de tous !

J'ajoute que je suis partisan d'une coopération accrue avec la Chine et les autres pays asiatiques (Corée, Japon, Viet-nam) et que je souhaite vivement une alliance civilisationnelle qui regrouperait TOUS les pays face aux 57 pays de l'OCI et face au révisionnisme historique qu'une partie d'entre-eux promeut sans vergogne [8]. Une alliance au sein de laquelle un accord fondamental permettrait de limiter au maximum les échanges économiques avec les pays de l'OCI. Oui, limiter avec ces 57 pays les échanges susceptibles de nuire aux acquis sociétaux et aux intérêts civilisationnels des pays tels que la France et la Chine, comme de nuire aussi à tous les pays d'Europe, la Russie, Israël, l'Inde, les pays d'Asie, tels que Japon, Corée, Viet-Nam, Birmanie, etc., les Etats-Unis, le Canada, les pays d'Amérique latine, l'ensemble Australie, nouvelle Guinée-Papouasie et enfin les pays d'Afrique hors OCI...

NOTES:

[ 1] http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2015/article_0016.html

[2] http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/11/18/les-societes-musulmanes-face-au-aux-defis-de-la-science_1441778_3232.html

[ 3] http://business.lesechos.fr/directions-generales/innovation/innovation-services/innovation-la-nouvelle-carte-du-monde-des-depots-de-brevets-6156.php

Il semblerait, toutefois, que la Turquie et l'Iran fassent relativement mieux que les autres pays islamisés. Ce qui alors pourrait s'expliquer par les effets positifs de la laïcité en Turquie et du nombre réputé relativement important d'athées en Iran... http://www.yabiladi.com/forum/brevets-2-6744306.html

[4] Discuter ici de la question de la nature de cette structure/institution (parti ou non, parti communiste ou non, parti de type stalinien ou non, etc), comme de la nature de la politique mise en œuvre (variété d'application d'une NEP, comme mise en place par Lénine, mais ici sur le moyen terme ou restauration progressive du capitalisme) dépasserait le cadre de cet article...

[5] Plus de photos: http://www.michel-aymerich.com/photos-de-chine/

[6]« Grâce à de courageux militants chinois, le festival perd chaque année en popularité. Les autorités de Yulin lui ont retiré leur soutien et ont même interdit à leurs employés d’y participer. Ils viennent même de s'engager à ce que cet événement ne se reproduise pas. […] Selon un sondage lancé par Avaaz, Humane Society International et le groupe chinois Capital Animal Welfare Association, la majorité des citoyens chinois, soit 64% d'entre eux, veulent voir l'interdiction de ce festival, et 62% admet qu'il ternit la réputation internationale de la Chine. Il est désormais temps de mettre la pression sur les autorités chinoises pour que des mesures effectives soient prises. »

Source:

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/stop_the_puppy_slaughter_onboard/?bTxSklb&cl=10892763465&v=79327

[7] J'aimerais aussi que citoyens français et chinois mettent sous pression les autorités marocaines pour faire cesser les tortures liées à l'égorgement des dromadaires à l'abattoir de Guelmin ; les tortures accompagnant le massacre des chiens dans tout le Maroc : tués au fusil, tués par empoisonnement ; tués à coûts de bâton ; entassés dans des pièces, sans eau et nourriture, jusqu'à ce qu'ils s’entre-dévorent ; ETC!

[8] Voir Unesco, la résolution de la honte!  http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2016/05/unesco-la-resolution-de-la-honte.html

Retour à l'accueil